PHOTO BRISSARD.jp2

Xavier BRISSARD

Directeur de création, Planneur stratégique créatif, Professeur en école de communication. Educateur de rugby, conférencier et écrivain.

PODCAST BRISSARD
00:00 / 05:34

Enregistrement réalisé par Philippe FOURNIE

Faîtes les études qui vous correspondent et qui ont les caractéristiques de votre passion…

Cela vous permettra de faire de cette passion, votre métier !

Il n’y a pas qu’une route sur le chemin de sa vie !

Résumé du Parcours

A l'école, en primaire, je me suis entendu dire que même éboueur je n'y arriverais pas parce que j'étais bête... Bien sûr, comme je ne voulais pas rentrer dans le rang et puisque on me disait que j’étais différent, je n'y trouvais pas ma place. Et je ne faisais rien pour arranger ma situation d’ailleurs.

Mais à 7, 8, 9 ans, avons-nous assez de recul pour faire les bons choix et savoir ce qu l’on veut vraiment ?

J'ai donc durant mon primaire redoublé 2 fois. Ce qui confortait bien le discours de l'école..

Je suis tout de même arrivé en 6ème. Là, le discours de l'école s'est durci et dès que j’ai eu 14 ans (l'âge légal pour quitter la scolarité) on m’a mis dehors !

Sous la pression de mes parents, j'ai quand même bossé pour atteindre tout juste la moyenne et passer en 5ème. Mais le fossé était déjà grand entre la réussite scolaire et moi. J'étais bien installé dans mon rôle de bon à rien, incapable et autres adjectifs sympathiques...


Depuis tout petit, j'accompagnais mes parents à la chasse, et j'avais appris entre autres à communiquer et à parler à 6 ou 7 espèces de palmipèdes ou limicoles différents... J'avais acquis une véritable Culture autour de la nature, des oiseaux migrateurs... 

Le jours ou j'ai pris conscience que cette culture valait bien celle des « collégiens, », même si elle était différente, j’ai repris confiance en moi, conscient du savoir que peu de gens autour de moi possédait, un savoir qui me rendait fier.

Mais l’école étant plus forte que moi et mon retard si grand, j’ai alors fait des études dans la mécanique (chaudronnerie, tournage, fraisage, ajustage électromécanique) et obtenu un CAP. Mais ce n’était pas mon choix, ma vie. J’ai donc repris des études d’Arts appliqués pour devenir Directeur Artistique.

J’ai alors fait une première belle partie de ma carrière. Plus de 20 ans dans les plus grandes agences conseil en communication.

C’est alors qu’un  gros problème de santé a bouleversé les choses. Et j’ai ensuite pris la décision de monter ma structure mais seulement quelques temps avant le premier confinement. Un échec que j’ai alors analysé pour rebondir et faire actuellement des free-lances, donner des cours y compris à des Bac +5. Une phase de reconstruction pendant laquelle j’ai la chance d’avoir des activités au sein de ma passion, le rugby.

Le livre que j’ai écrit me permet de faire et de participer à des conférences, dédicacer mon livre, bref… avancer. Même si parfois ce n’est pas facile.

Des partenaires ou organismes ayant aidé ?

 

J’ai joué au rugby jeune ce qui m’aida à ne pas abandonner dans la vie, à me relever et à reprendre le combat…

Mais si un organisme devait revoir les choses, c’est certainement l’Education Nationale et il serait intéressant d’avoir une approche un peu différente de la part des Institutions.